L’impression 3D apporte une nouvelle dimension à la communication, à la production et à la consommation.

 

L’innovation liée à l’impression 3D est un relais de développement aux possibilités multiples, de même que la customisation permise par le procédé.

 

 

Les concepteurs et designers qui se lancent dans ce domaine sont nombreux et leur utilisation de cette technologie est pour le moins assez hétéroclite et variée. Mode, arts, décoration, bijouterie, emballages,  objets, industries, automobile,  aéronautique, aérospatiale,  médecine, immobilier, alimentation… aucun secteur n’a pas été exploré à ce jour par les technologies d’impression 3D. L’impression 3D va également apporter de nouvelles réponses dans les secteurs de la communication, l’évènementiel, la PLV ou encore les gifts personnalisés.

L’impression 3D réalise un objet unique à chaque fois, elle permet de faire du sur-mesure, des variantes, de la personnalisation, voire de l’ultra- personnalisation. Dans le domaine de l’objet publicitaire notamment : stylos, coques smartphones ou t-shirts sont marqués à l’effigie des clients eux-même.

 

L’impression peut permettre de gagner du temps dans la création d’objets sur-mesure : du temps de production, de présentation, d’amélioration, de rectification etc…  pour un gain de temps de production conséquent. La durée de l’impression dépend des technologies et matières utilisées, mais la réalisation est plus simple, accessible et rapide que toute technique d’usinage traditionnelle. Le fichier 3D vous permet de visualiser concrètement votre objet à l’écran avant de l’imprimer.

 

 

L’impression 3D comment ça marche ?

 

L’impression 3D ou fabrication additive est un procédé de reproduction d’objet à partir de modélisation 3D sur ordinateur. Elle consiste en un assemblage de matériaux couche après couche par un système d’empilement de la matière. En opposition avec l’usinage classique de matériaux qui se fait par soustraction de matière, l’impression 3d est une fabrication par addition de matière. D’où l’appellation « Fabrication Additive » en opposition à « Fabrication soustractive ».

Cette technologie rend possible la conception de formes géométriques complexes ou de pièces articulées qui ne demandent aucun assemblage. Quel que soit son application, elle permet de créer une suite de pièces uniques en modifiant un élément de design sans chambouler toute une ligne de production. L’impression 3D ne concurrence ni de près ni de loin l’injection de plastique pour les très grandes séries mais quand il s’agit de produire de une à 100 pièces elle devient imbattable.

 

La modélisation s’opère avec un logiciel 3D puis l’imprimante commandée numériquement opère la matérialisation.

 

Le scanner 3D sert à la modélisation pour la reproduction d’objet. Le scan 3D permet de capturer la forme d’un objet en utilisant un scanner 3D. Le résultat est un fichier 3D informatique qui peut être enregistré, édité et imprimé en 3D. Plusieurs technologies permettent de scanner en 3D des objets, environnements ou personnes. Le principe de base d’un scanner 3D est de capturer les données d’un sujet. Ce sujet peut être un objet, en environnement, une pièce par exemple, ou des personnes, des animaux et des objets. Certains scanners 3D sont capables de capturer, en plus, les informations de volume et de dimensions, les couleurs et l’aspect de ce qu’ils scannent.. Les scans 3D sont compatibles avec les logiciels de Conception Assistée par Ordinateur (CAO) et l’impression 3D, une fois le fichier optimisé.

 

On divise communément les imprimantes 3D en 2 catégories : imprimantes 3D personnelles et imprimantes 3D professionnelles. Néanmoins, certains professionnels utilisent des imprimantes dites personnelles pour les premières phases de prototypage.

 

 

Les imprimantes 3D Personnelles :

 

Les imprimantes 3D personnelles sont conçues pour la création de pièces de rechange ou de petits objets, comme des coques pour portables. Les imprimantes 3D peu chères produisent des modèles de petite taille (max de 30 x 30 x 30 centimètres). Elles sont idéales pour des productions uniques ou par petites séries. La plupart utilisent des matières à base de plastique, du PLA ou de l’ABS.

 

 

Les imprimantes 3D Professionnelles :

 

La majorité des imprimantes 3D professionnelles utilisent un procédé ‘Fused Deposition Modeling’ (FDM). Le filament est chauffé et déposé couche par couche, de manière à construire au fur et à mesure de l’empilement des couches (de plastique généralement) l’objet souhaité. Les autres procédés (Frittage Laser, Stéréolithographie, …) se destinent à des usages davantage adaptés pour l’industrie.

 

 

Les consommables pour imprimantes 3D

 

Les consommables pour imprimantes 3D les plus courants sont les résines, généralement du plastique. On peut utiliser du polychrome ou de la poudre de polyamide. La matière première peut être constituée sous forme de poudre, de résine rendue liquide ou même de cire. Le plus utilisé reste les bobines de filament, généralement du PLA ou de l’ABS.

 

 

Que vous soyez un créatif, un concepteur, une enseigne, une collectivité, un transformateur, un prestataire, la solution, la matière, la machine qui donnera vie à vos projets est sur C!Print sourcing.